Trois baisers – Katherine Pancol

trois-baisers_Katherine_Pancol

Éditeur : Albin Michel

Résumé :

« Trois baisers, trois baisers et l’homme caracole, libre, flamboyant, crachant du feu et des étoiles. Ses sens s’affolent, il voit mille lucioles, des pains d’épices, des incendies… »

Comment est-il arrivé entre mes mains :

Je l’ai emprunté à la bibliothèque après une longue réservation.

Mon avis : 

Le titre et encore moins le résumé ne laisse présager que ce livre constitue le 7ème tome des aventures d’Hortense, Junior, Stella…, donc si vous hésitiez, plus de doute : lisez-le !

Il est agréable de renouer avec tous ces personnages, on a le sentiment de retrouver des ami(e)s de longue date. Dans la trilogie Muchachas, nous avions fait connaissance avec Stella, cette fois encore le personnage de Stella prends une grande part dans son roman. Les personnages de la première trilogie Les yeux jaunes des crocodiles sont un peu plus effacés. Josephine Cortes laisse place à la nouvelle génération : Hortense, Junior et Zoé.

Les vies de Stella et Hortense se lient, se croisent et s’entrecroisent sans qu’elles le sachent. Stella qu’on avait laissé libre de l’emprise de son père à la fin du 3ème tome de Muchachas, ne trouve finalement pas la paix qu’elle pensait avoir droit.

Dans le même temps, Hortense la magnifique, au caractère de feu, se bat pour lancer sa collection et arriver au sommet. Son ambition sans frein l’éloigne de Gary qui de son côté cherche à atteindre sa propre ambition musicale.

Les autres personnages présents dans les 6 premiers romans font leur apparitions par-ci par-là pour donner de leurs nouvelles. L’auteure s’offre par moment le plaisir de nous débarrasser de personnages déplaisants avec une facilité déconcertante (parfois un peu trop…).

Pour celles et ceux qui auront lu ce roman et qui auront souri à la lecture des phrases assassinent et/ou pleine d’ego qu’Hortense Cortès appose sur les vêtements qu’elle vend; sachez que Katherine Pancol a décidé de rendre réel la fabrication de ses vêtements. Ces ventes sont au profit de l’association de Katherine Pancol : « Woman Safe » qui s’engage contre la lutte des violences faites aux femmes.

Si vous aviez rêvé (et assumé) de porter un T-shirt ou un Sweat avec une des ces phrases : « Riche, belle, célèbre…où est le problème ? » Rendez-vous ici : La Boutique d’Hortense Cortes.

T-shirt_BoutiqueHortenseCor

Ma note : 4/5

Pour en lire un extrait : Cliquez-ici

Le titre :

Le titre m’a laissé perplexe car tout au long de ce roman, bon nombre de baisers sont échangés. Il faut arriver à la fin roman pour que le sens prenne vie. Pour ne pas entraver l’histoire, je ne pourrai en dire plus. Toutefois poser vous une seule question : Mais pour qui est-ce si important ces 3 baisers?

L’auteur :

Katherine Pancol a suivi des études littéraires. Elle devient journaliste presque par hasard. Après plusieurs années comme journaliste, Robert Laffon lui propose d’écrire son premier roman : « Moi d’abord ». Elle écrira plusieurs romans avant de rencontrer un succès populaire avec le premier opus de sa double trilogie avec « Les yeux jaunes des crocodiles ». Ses pairs ne sont pas toujours tendre avec ses romans et les qualifient parfois de « roman de plage ».

Son dernier roman : Trois baisers  (Octobre 2017)

L’illustration du livre :

Ces formes géométriques de couleurs qui pétillent me font penser à plusieurs bouts de tissus qui virevoltent autour des mains habiles d’Hortense. Mais elles pourraient tout autant représenter l’enthousiasme d’un baiser reçu :« Ses sens s’affolent, il voit mille lucioles, des pains d’épices, des incendies… »

 

La vengeance du pardon – Eric-Emmanuel Schmitt

La_vengeance_du_pardon_EESchmitt

Éditeur : Albin Michel

Résumé :

Recueil de quatre nouvelles : deux sœurs jumelles que tout oppose moralement s’aiment et se haïssent tout au long de leur vie, un homme jouisseur abuse d’une fille candide et lui arrache son enfant, un père dur et fermé s’humanise au contact de sa petite fille avec qui il se plonge dans la lecture du «Petit Prince» et une femme rend régulièrement visite à l’assassin de sa fille en prison.

Comment est-il arrivé entre mes mains :

La bibliothèque municipale de ma ville met à disposition depuis décembre 2017 des liseuses. Cet ouvrage fait parti des 6 livres présents sur la liseuse baptisée « Rentrée littéraire 2 ». Je me suis laissée séduire à la fois par le résumé et à la fois par le concept des 4 nouvelles.

Mon avis : 

C’est la première fois que je découvre à la fois l’auteur et à la fois le « système » de nouvelles au sein du même roman. La plume d’Eric-Emannuel Schmitt est fluide, on se laisse porter par chaque ligne. A la fin de la première nouvelle, nous avons le regret qu’elle s’achève aussi rapidement. Chacune de ces nouvelles décrit un sentiment humain : l’envie, la perversion, l’indifférence et le crime. Au-delà du récit, il y a un fil philosophique, moralisateur peut-être. Chacun des personnages cherche en nous la compassion et la bienveillance quel que soit son acte. On y trouve des excuses, on amoindrit ses faits et gestes en fonction de son passé. Le bourreau devient presque parfois la victime. On ne peut résumer ces nouvelles qu’aux 4 sentiments décrits plus haut. C’est tout un éventail de sentiments que le lecteur perçoit. Une nouvelle m’a laissé sceptique quant à l’introduction du « Petit Prince » de Saint-Exupéry. La réadaptation faite par les personnages de Werner (Saint-Exupéry) et Daphné dans le rôle du petit prince, ne m’ont pas convaincu. J’ai eu le sentiment de déjà-vu même si cette nouvelle est très bien écrite. Cela ne reste que mon avis et n’enlève en rien la qualité de ce roman que je recommande.

Ma note : 4/5

Le titre :

La vengeance du pardon est à la fois le titre du roman et à la fois le titre d’une des nouvelles. Elle résume parfaitement la nouvelle « numéro 3 » dont l’histoire se déroule entre un criminel pour meurtre et un proche de la victime. Je n’en dirais pas plus pour ne pas trop en révéler. Ce titre s’adapte finalement à l’ensemble des quatre nouvelles, car le pardon et la vengeance sont des sentiments communs aux quatre récits. Ils sont plus ou moins forts.

L’auteur :

Il conjugue à la fois le métier de romancier, de traducteur d’opéra, connait un succès au théâtre avec ses nombreuses pièces dont il est l’auteur. Il est le huitième romancier à avoir vendu le plus de roman en 2012 en France. Il fait parti des romans étudiés au collège et au lycée et se place même avant l’Avare de Molière en 2013 ! Vous pouvez consulter une bibliographie plus détaillée sur son site.

Son dernier roman : La vengeance du pardon (2017)

L’illustration du livre : Ayant lu ce roman sur liseuse, je n’ai malheureusement pas pu accéder aux informations concernant l’artiste ayant conçu cette couverture.  Je compléterai dès mon passage en librairie.