La fille qui rendait coup pour coup / Millénium – David Lagercrantz

 

David-LAGERCRANTZ-Millenium-–-Tome-5-La-fille-qui-rendait-coup-pour-coup

Éditeur Actes Sud

Résumé :

Une enfance violente et de terribles abus ont marqué à jamais la vie de Lisbeth Salander. Le dragon tatoué sur sa peau est un rappel constant de la promesse qu’elle s’est faite de combattre l’injustice sous toutes ses formes. Résultat : elle vient de sauver un enfant autiste, mais est incarcérée dans une prison de haute sécurité pour mise en danger de la vie d’autrui. Lorsqu’elle reçoit la visite de son ancien tuteur, Holger Palmgren, les ombres d’un passé qui continue à la hanter resurgissent. Quelqu’un a remis à Palmgren des documents confidentiels susceptibles d’apporter un nouvel éclairage sur un épisode traumatique de son enfance.
Pourquoi lui faisait-on passer tous ces tests d’intelligence quand elle était petite ? Et pourquoi avait-on essayé de la séparer de sa mère à l’âge de six ans ? Lisbeth comprend rapidement qu’elle n’est pas la seule victime dans l’histoire et que des forces puissantes sont prêtes à tout pour l’empêcher de mettre au jour l’ampleur de la trahison. Avec l’aide de Mikael Blomkvist, elle se lance sur la piste d’abus commis par des officines gouvernementales dans le cadre de recherches génétiques secrètes. Cette fois, rien ne l’empêchera d’aller au bout de la vérité.

Comment est-il arrivé entre mes mains :

J’ai la chance d’avoir une bibliothèque municipale innovante ! J’ai depuis peu une liseuse Kobo qui me permet d’emprunter des livres numériques. Ma bibliothèque a un partenariat avec la bibliothèque départementale et met à disposition des ouvrages numériques. Le fonctionnement est le même que celui en bibliothèque classique : 4 ouvrages maximum, prêt d’un mois et possibilité de réserver les romans déjà empruntés par d’autres lecteurs. Quels avantages ? Pour le moment, peu de monde emprunte ce type d’ouvrage, donc le temps d’attente est faible voir inexistant. On emprunte son roman depuis son canapé, à n’importe quelle heure et n’importe quel jour de la semaine. On a à faire à un service 24H/24H et 7jrs/7jrs. Enfin pas besoin de penser à la date de retour, au bout d’un mois le roman disparaît de la liseuse. Je vais revenir à la question de départ : Comment est-il arrivé entre mes mains ? A quelques heures de prendre l’avion, j’ai opté pour le téléchargement d’un livre numérique. J’étais à quelques pages de la fin d’un autre roman et il était nécessaire d’avoir de la lecture à venir. Ne voulant pas passer (et surtout n’ayant) pas trop de temps devant moi pour lire les résumés, j’ai choisi une valeur sûre !

Mon avis : 

Nous voilà au cinquième roman de cette saga. Lisbeth Salander et Mikael Blomkvist sont à nouveau au rendez-vous pour résoudre énigmes et enquêtes. Dans ce tome, l’auteur révèle les raisons pour lesquelles Lisbeth a subi toutes sortes de mauvais traitements lors de son enferment dans le centre spécialisé pour enfant. Lors de ma lecture des 4 romans précédents, je pensais que ce n’était que le résultat d’un médecin profondément dérangé. J’étais bien en-dessous de la vérité ! Cette révélation se tisse et se croise au fil des pages avec l’apparition de nouveaux personnages : Léo, Dany, Benito et Faria. Mickael est, cette fois encore, l’instrument de Lisbeth qui lui demande d’enquêter sur Léo par le biais de messages cryptés sur son ordinateur. Vont-ils réussir à percer le mystère ?

Depuis que la série a été reprise par le nouvel auteur  » David Lagercrantz », j’ai le sentiment que les personnages se sont ramollis. Dans ce tome 5, l’auteur rédige les pensées de Lisbeth et décrit l’une après l’autre les actions que va réaliser Lisbeth. Il me semble (ça fait plusieurs années que j’ai lu les 3 premiers tomes écrits pat Stieg Larsson) que Lisbeth réalisait des actions sans qu’on en comprenne le sens. Les pièces du puzzle s’emboîtaient bien souvent plusieurs pages plus loin. Cette manière de rédiger laissait un suspens au lecteur et faisait de Lisbeth un personnage mystérieux. Mickael, de la même manière, ne prend plus de risque. Il mène tranquillement ses enquêtes en suivant un à un les instructions de Lisbeth. Où est passé son initiative ?

Toutefois, la manière de rattacher l’histoire de Lisbeth à l’enquête en cours est bien faite. C’est assez ingénieux pour révéler un aspect de vie de notre héroïne principale, bien qu’on le voit venir depuis un petit moment. Un peu plus de subtilité aurait été parfait.

 

Ma note : 2/5

Le titre :

Il se veut dans la continuité des 4 romans précédents sous forme de phrase assez longue. Il se rapporte encore une fois à son héroïne en utilisant le terme « fille ». Dans les 3 premiers, les titres étaient composés des mots : femme, fille et reine. Seul le 4ème tome ne faisait pas référence à Lisbeth. L’utilisation de ces mots est à la fois une allusion à Lisbeth mais également à son combat féministe au travers de ces enquêtes. Dans ce tome, elle défend Faria de tous les maux qu’elle subit en prison et rétablit la vérité autour de son incarcération. Pour le reste du titre : « qui rendait coup pour coup »; je dirai au contraire qu’elle ne rend pas vraiment coup pour coup. Elle rétablit la vérité et se venge partiellement. Dans les 3 premiers tomes, elle aurait très certainement tué les responsables. Ici elle se charge de les faire arrêter.

L’auteur :

David Lagercrantz de nationalité Suédoise est issu d’une famille littéraire (son père est éditeur et sa mère est la fille d’un célèbre philosophe Suédois). Après des études littéraires et religieuses, il débute sa carrière de journaliste. Il sera journaliste criminel pendant plusieurs années avant d’écrire des biographies. En 2013, il est engagé par la maison d’édition suédoise Norstedts pour écrire le quatrième volet de Millénium (Ce qui ne tue pas) suite au décès de Stieg Larsson. Il annoncera en 2015, qu’il en rédigera deux supplémentaires dont le dernier devrait être publié en 2019.

Son précédent roman Ce qui ne tue pas (2015)

L’illustration du livre : Deux femmes sont présentes sur cette première de couverture. A droite, le lecteur fidèle reconnaîtra tout de suite Lisbeth. La description dans les romans du personnage avec son tatouage, ses cheveux noirs, ses piercings sont caractéristiques de notre héroïne. A droite, on imagine sa sœur qui n’a aucun trait de ressemblance selon les descriptions faites au fil des pages. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s